Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
8 juin 2012 5 08 /06 /juin /2012 10:06

Aujourd'hui dans Culture mode, j'ai eu envie de vous parler des tailleurs urbains qui est un ancien métier mais que l'on peut trouver encor de nos jours.

Etant donné qu'il y a beaucoup à dire sur ce métier et sur ce qui l'entoure, pour pas que mon article soit trop long à chaque fois, je vais le faire en 2 parties ainsi il sera plus aisé à le lire.

 

Le métier était réservé aux hommes. On les appelait tailleurs d'habit pour les différencier des tailleurs de pierre. Le tailleur dérivant du mot taille  qui voulait dire "coupe" créait les différentes pièces composant les vêtements d'après les désirs exprimé par leur clients.

 

Comment procède-t'on à la confection d'un habit ?

C'est assez simple et chaque couturière de nos jours se reconnaîtront dans les gestes à suivre.

Tout d'abord il prenait les mensurations, puis il définissait la forme du vêtement et choisissait le tissu. Venait ensuite le travail en atelier, il dessinait un premier patron appellé "patronage". Grâce à cette étape importante , prenait la naissance du vêtement.

Ensuite grâce au patron il pouvait découper le tissu et rassembler les différentes pièces à grands points.

C'est à l'essayage qu'on pouvait voir si il y avait certaines choses à rectifier. Parfois c'était le tailleur qui le faisait mais la grand majorité du temps c'était les couturières qui s'y collaient, il fallait ajuster le vêtement selon la morphologie pour un tombé parfait. Une fois cette étape de passé, on pouvait enfin coudre définitivement les pièces et rajouter les détails manquants comme la boutonnière, les poches, surpiqures...

des tailleurs dans la coupe et dans le choix du tissus

 

Le statut des tailleurs était important.

 

Dans les grands centres urbain, la majorité d'entre eux travaillaient pour une clientèle aisée, ce qui leur permettait d'avoir des revenus confortables.

 

Il existait une confrérie qui se réunissait à Paris à l'hôpital de la Trinité le jour de l'Ascension, sur les jetons de la communauté daté du XVIIème siècle il y avait sur le revers une paire de ciseaux de tailleurs entre deux houppes*.

 

Le plus célèbre tailleur fut Langlée qui se distinguait par un style bien à lui et qui habillat entre autre Mme de Sévigné.

 

Passage de : Sévigné-Lettres Suard

Le roi arrive ; le tailleur dit : Madame , il est fait pour vous. On comprend que c'est une galanterie; mais qui peut l'avoir faite? C'est Langlée , dit le roi. C'est Langlée assurément, dit madame de Montespan; personne que lui ne peut avoir imaginé une telle magnificence ; c'est Langlée , c'est Langlée : tout le monde répète, C'est Langlée; les échos en demeurent d'accord, et disent ,

 

Les tailleurs furent longtemps les seuls à vêtir tant les hommes que les femmes ! Jusqu'au XVIIème siècle ils avaient le privilège exclusive des habits d'homme mais aussi des robes féminines !!!  En effet, les couturières n'étaient pas habilitées à faire des vêtements et devaient s'en tenir à effectuer uniquement à coudre des ourlets, resserrer ou élargir les jupes...

 

La formation:

Les conditions de la formation des tailleurs,variaient selon les villes. Sous l'ancien Régime, l'apprenti tailleur parisien devait ainsi faire trois ans de formation puis trois ans de campagnonnage avant de réaliser un chef-d'oeuvre. il pouvait alors, après exament devant les maîtres, s'installer en tant qu'artisan.

 

  Barthélemy de Laffenas, un tailleur d'Henri   IV 

 

Barthélemy de Laffemas, né en 1544,  connu en tant qu'économiste français, fut un temps le tailleur d'Henri IV. En effet il entra à la cour de Nanterre à l'age de 18 ans. Mais il fit mauvaise fortune en travaillant pour une clientèle certes prestigieuse car en effet à cette époque les habits étaient particulièrement sobres et donnaient davantage au repassateur qu'au couturier !

 

 

Les formations à ce métier sont peu nombreuses et souvent inadaptées, et la main d’œuvre manque cruellement, dans tous les domaines : chez le maître-tailleur, dans les industries, ou dans les usines qui fabriquent la mesure industrielle, mais aussi dans le prêt-à-porter.

 

De nos jours il y a très peu de tailleurs en France, ainsi une association s'est monté afin de permettre à ceux qui le désirent de pouvoir passer un cap de tailleur.

L’Association pour la Formation des Tailleurs (A.F.T.) propose une formation continue à tous ceux qui souhaitent excercer ce métier. L'enseignement est supervisé par des Maîtres-Tailleurs et les stagiaires se rendent en entreprise pour y effectuer un stage au cours de leur formation

www.ecoledestailleurs.com

 

 

voici quelques sites à visiter des maîtres tailleurs si desfois vous voulez vous faire tailler un costar lol !

 

Le premier est le signe de l'élégance et de la modernité et le deuxième est chic et élégance avec un savoir faire puisque Lions Maitre Tailleur existe depuis 1926

http://maîtretailleur.fr

 

Lions Maître tailleur

 2 avenue Malaussena

Nice

http://alain.lions.free.fr

 son blog : http://lions-maitre-tailleur.over-blog.com/

 

 

 

J'ai pris mes sources dans : le magazine, Nos ancêtres vie et métier, Wikipédia, Wikisource et Lions Maître tailleur.

 

 

 

  A demain

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Laetitia 11/12/2014 19:01

Merci pour ce petit historique, ce qui fait plaisir c'est de retrouver des petits fabricants français, des artisans qui réalisent des pièces de confection uniques.

Présentation

  • : Les news de rosechocolat
  • Les news de rosechocolat
  • : La recette de mon blog : Une pincée de tendances mode fashion et rock, un brin de bien-être et de beauté, un soupçon de loisirs, 1 gramme de cuisine et une bonne dose de zik ainsi que les sujets d'actualité pour les petits budgets et les femmes rondelettes. En mélangeant le tout on obtient un joyeux bazar prêt à être dévoré ! (sourire)
  • Contact

Texte Libre

Recherche

MOMENT D'EVASION

eo8FD

 

 

j'ai soif !

barman