Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
17 juin 2012 7 17 /06 /juin /2012 10:24

tableau de Diego Velàzquez "la couturière"

 

Comme je le disais dans l'article des "tailleurs urbains", la couturière était utiles pour les retouches, les ourlets et les finitions. Elles contribuaient donc à bâtir un vêtement.

LES TAILLEURS URBAINS et l'art du vêtement sur mesure

 

Il lui fallait trois ans d'apprentissage avant de pouvoir exercer son métier, elle était le plus souvent embaucher dans les ateliers des tailleurs, mais avec le changement de condition et la pétition présentée au roi en 1675, elles purent confectionner elles-même des habits et ainsi exercer leur métier soit chez les autres en se déplaçant chez l'habitant, soit chez elle.

une couturière confectionnant une robe de mariée

 

Dans les villages, les couturières de métier accueillaient durant l'hiver dans leurs ateliers des jeunes filles du village pour les initier à la couture.

En effet cela permettait aux jeunes filles de se parfaire aux devoirs de futures épouses, celles-entre autres de pouvoir raccomoder des vêtements car à cette époque rien ne se jetait.

 

Les couturières avaient la réputation de femmes légères. La plupart travaillant au domicile des autres et de ce fait étaient plus "exposées aux accidents de parcours", sans compter que leur longues journées de travail les amener à rentrer par les chemins à la nuit tombante, ce qui pouvaient les amener à faire quelques mauvaises rencontres.

Celles au contraire qui exercer leur métier toujours au chaud, sur des tissus propres avaient une image au dessus de leur conditions, mais malgré cela, cette réputation de légereté persistait lorsqu'elle était établie à son compte pour travailler chez elle, donc plus en sécurité.

 Ceux qu'elles attiraient étaient souvent d'une classe sociale ne permettant guère d'envisager un mariage, ainsi leur séduction n'était donc suivie d'aucun avenir durable.

 

 boîte à couture datant de 1955

 

De nos jours, la description du métier faite par studyrama n'a guère changé, à la différence est que les couturières n'ont plus cette réputation de femmes légères.

 Voici un extrait de studyrama

La clientèle  fréquentant une couturière est capable de payer ses vêtements plus cher que dans le commerce, car ceux-ci correspondent à ses envies et à sa morphologie. Le résultat final doit donc être irréprochable !

 

Le patron sur lequel elle travaille peut être un modèle unique proposé par l’acheteur, un patron déjà existant, voire même un modèle créé par la couturière elle-même.

Celle-ci doit  faire preuve de bon goût afin d’harmoniser formes, couleurs et matières.

Une fois le vêtement terminé, une couturière qui travaille sur une pièce unique pourra passer de nombreuses heures en essayages et en retouches, la patience est donc de mise. Plus qu'un métier, être couturière est une véritable vocation .

Formation :Le métier de couturière se prépare après un CAP couture flou ou un CAP tailleur dame.


Allez mesdames ou messieurs, si l'envie vous prend vous pouvez toujours aller faire un tour sur ce site pour vous faire confectionner un joli vêtment sur mesure..

www.la-couturiere.fr


Allez je vous dis à bientôt pour d'autres métiers autour de la mode.

 

 

 

 

 

 

j'ai pris mes sources dans le magazine : Nos ancêtres-Vie et métiers,  Wikipédia, studyrama

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Présentation

  • : Les news de rosechocolat
  • Les news de rosechocolat
  • : La recette de mon blog : Une pincée de tendances mode fashion et rock, un brin de bien-être et de beauté, un soupçon de loisirs, 1 gramme de cuisine et une bonne dose de zik ainsi que les sujets d'actualité pour les petits budgets et les femmes rondelettes. En mélangeant le tout on obtient un joyeux bazar prêt à être dévoré ! (sourire)
  • Contact

Texte Libre

Recherche

MOMENT D'EVASION

eo8FD

 

 

j'ai soif !

barman